Petites entreprises au Canada : les avantages de combiner paiements rapides et paiements accompagnés de données

Publié : le 23 octobre 2020

Paiements Canada s’est récemment entretenue avec Dan Kelly, président et chef de la direction de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), pour en savoir plus sur les conséquences de la COVID-19 sur les petites entreprises canadiennes, la forte accélération de l’adoption des paiements numériques et les avantages de combiner paiements rapides et paiements accompagnés de données.

La FCEI sonde ses membres pour connaître les conséquences de la COVID-19 sur les entreprises indépendantes. Pouvez-vous nous dire ce qui ressort de l’exercice?

Ce qui ressort principalement, c’est qu’on est loin d’avoir fini de subir les contrecoups. Les répercussions économiques de la première vague se font encore sentir très concrètement. Selon notre dernière étude, il faudra au moins un an et cinq mois pour que le volume de ventes revienne à la normale. L’étude indique également que, six mois après le début de la pandémie, seulement 70 % des entreprises fonctionnaient à plein rendement, 30 % enregistraient de nouveau leur volume de ventes normal, et 42 % avaient retrouvé le même nombre d’employés qu’avant la crise.

En outre, l’étude fait état d’un grand changement sur le plan commercial : les petites entreprises indépendantes perdent du terrain au profit des grandes multinationales. Il est indéniable que la popularité du commerce électronique a monté en flèche. Bien que tous ces changements étaient déjà en cours, la crise a grandement accéléré les choses, sans compter que le confinement forcé a modifié les habitudes des consommateurs. Prenons l’exemple de quelqu’un qui fréquentait la quincaillerie du coin avant la pandémie. Quand beaucoup de commerçants ont dû fermer boutique, il lui restait deux options : faire ses achats en ligne ou attendre en file dans les grandes surfaces. Cette tendance a créé une situation injuste pour les propriétaires d’entreprises indépendantes, et il sera difficile de la renverser.

Comment l’écosystème des paiements peut-il aider les petites entreprises à traverser cette période difficile?

Parmi les grands facteurs à surveiller, notons le coût des paiements. Il y a eu une progression de ce côté à la fin du printemps : on a observé une baisse des frais de traitement pour les paiements par carte de crédit au Canada, qui a été bien reçue, puisqu’elle coïncidait avec la hausse de l’utilisation de ces cartes. Notre étude de juillet 2020 révèle que les entreprises indépendantes ont connu une hausse de 35 % des paiements par carte de crédit, de 24 % des paiements par carte de débit et de 35 % des paiements par virement électronique. En revanche, elles ont noté une baisse de 38 % des paiements en espèces et de 19 % des paiements par chèque.

Par ailleurs, il est important de soutenir les entreprises, de plus en plus nombreuses, qui se lancent dans la vente en ligne. Jusqu’à maintenant, les taux ont changé pour les achats sur place, mais pas nécessairement pour ceux en ligne. Chez les entreprises qui vendent en ligne, il est essentiel que le coût demeure faible pour les paiements sans carte.

J’aimerais souligner un dernier point : les entreprises attendent avec impatience l’arrivée des paiements plus rapides, surtout pour ceux entre entreprises. Dorénavant, il faut s’assurer de tirer parti des méthodes de paiements plus rapides pour que toutes les entreprises aient accès à des solutions économiques pour se payer entre elles.

Vous avez parlé des possibilités que peuvent offrir les paiements plus rapides. En 2022, le Canada adoptera un nouveau système de paiements en temps réel qui permettra de faire des paiements irrévocables accompagnés de données. Quels seront les avantages d’un tel système?

Pour les petites entreprises, il est indispensable de disposer de liquidités, d’où l’importance d’un processus rapide de compensation. De plus, elles doivent absolument avoir accès aux données pour être prêtes en cas d’audit. Si les entreprises utilisent des chèques, c’est entre autres pour garder une trace papier qui leur sera utile durant ces vérifications. D’autres options, comme les relevés de carte de crédit, ne sont pas assez détaillées, ce qui fait qu’on les refuse souvent comme preuve d’historique de paiements. Voilà pourquoi les chèques demeurent un mode de paiement de choix entre PME.

Plus récemment, les programmes d’aide financière d’urgence du gouvernement ont mis en lumière la nécessité de fournir des paiements accompagnés de données, puisque beaucoup d’entre eux sont fondés sur le pourcentage de diminution des ventes. Dans certains cas, on procède maintenant à un audit, et les entreprises doivent pouvoir fournir rapidement les renseignements exposant leur situation. Par conséquent, les démarches de modernisation des paiements peuvent vraiment aider les entreprises, qui auront ainsi facilement accès aux renseignements nécessaires en cas d’audit.

Une étude de Paiements Canada publiée en mai montre comment la pandémie a accéléré l’adoption des méthodes de paiements numériques chez les consommateurs d’ici. En quoi cette tendance touche-t-elle les petites entreprises du pays?

Pour les entreprises, il s’agit d’une occasion en or d’adopter le virage numérique. Par le passé, diverses circonstances, comme les grèves des employés de la poste, ont amené les entreprises à se lancer, mais on constate maintenant qu’on peut trouver des moyens originaux d’utiliser les méthodes de paiements numériques pour faire croître son entreprise. Prenons l’exemple d’un salon de coiffure qui accepte maintenant les virements électroniques pour la livraison à domicile de caisses de shampooing : voilà une solution créative misant sur les paiements sans contact.

Ce qu’on observe aujourd’hui, c’est que des entreprises qui hésitaient à utiliser les paiements numériques changent maintenant leur fusil d’épaule. Vu la durée de la pandémie, je prévois qu’un effet positif potentiel sera l’adoption de nouvelles habitudes chez les entreprises. Cette évolution montre encore, plus que jamais, qu’il faut mettre l’accent sur le coût de ces autres options de paiements.

Dans l’ensemble, la pandémie a amené les Canadiens à adopter de nouvelles méthodes de paiements, ce qui, comme on l’a mentionné, a accéléré l’acceptation de celles-ci chez les petites entreprises. Les organisations déploient beaucoup d’efforts pour attirer les consommateurs sur leur site Web ou en magasin, et il ne faudrait surtout pas qu’ils soient mécontents de leur expérience de paiement.