L’importance de la collaboration et de l’innovation à l’ère numérique

Publié : le 21 mai 2020

En cette période sans précédent, il reste absolument essentiel de garder le contact et de collaborer alors que nous continuons de travailler étroitement avec nos membres et nos parties prenantes pour répondre aux besoins des Canadiens en matière de paiements et ouvrir une nouvelle ère pour les paiements modernes. Nous nous sommes entretenus avec Paul Rogers,  chef des Relations avec l’industrie à Paiements Canada pour en savoir plus au sujet du travail qu’il accomplit avec son équipe pour faire en sorte que la modernisation des paiements au pays réponde aux besoins des institutions financières membres de Paiements Canada, des organismes de réglementation et des autres intervenants. Il nous a aussi parlé de ce que représente l’innovation à ses yeux, et du parallèle qu’il établit entre ses activités professionnelles et le ski.

La collaboration avec les intervenants de Paiements Canada représente une composante cruciale de vos fonctions. En quoi consiste-t-elle?

Pour avoir une collaboration efficace, nous devons vraiment travailler de concert avec nos collègues des secteurs des politiques et des règles, des produits de paiement et des communications. Dans le cadre de mes fonctions, je suis ravi de pouvoir coopérer avec nos deux grands comités consultatifs, soit le Comité consultatif des membres et le Comité consultatif des intervenants, lesquels jouent un rôle essentiel dans nos activités. Ensemble, nous aidons les chefs d’équipe de projet à organiser leur travail, pour que les comités puissent recevoir rapidement l’information pertinente sur les différentes facettes de notre programme de modernisation des paiements, et en retour donner leur avis et leurs conseils sur certains éléments, comme la portée des projets, le budget général ou les propositions de changements aux politiques. Ce que nous voulons, c’est que nos équipes de projet élargies participent activement aux échanges des comités afin d’offrir des conseils éclairés sur le programme à l’équipe de direction et au conseil d’administration de Paiements Canada

Le Canada procède actuellement à la transformation de son système de paiements. De quelle manière y contribuez-vous?

Notre travail s’intègre principalement aux activités des responsables de différents projets pour le Canada – Lynx, le nouveau système de paiements de grande valeur; le nouveau système de paiements en temps réel (PTR); ainsi que le Système automatisé de compensation et de règlement, qui est l’actuel système de paiements de détail par lots. Présentement, nous planchons sur l’élaboration et la supervision de la structure de gouvernance nécessaire à la réalisation des tâches se rapportant à Lynx et à PTR. Nous nous affairons aussi à solliciter, sur une base individuelle, les commentaires des institutions membres et des intervenants, le but étant aussi de les aider à évaluer leur degré de préparation à la modernisation des paiements.

Qu’est-ce qui vous enthousiasme le plus dans la modernisation des paiements?

C’est le fait de renforcer notre capacité à offrir des paiements sécurisés tout en laissant une plus grande place à l’innovation. Je ne suis pas le seul à valoriser l’innovation, c’est une tendance lourde. Regardez ce qui se passe avec les débits préautorisés. Les entreprises ont un intérêt marqué pour la possibilité de faire directement auprès des clients une requête de paiement, plutôt que d’envoyer de facture. Nous voyons aussi que les modes de consommation se transforment. On a accès à tout plus rapidement, ce qui rend d’autant plus nécessaire la modernisation des règles et des systèmes pour nous adapter à l’évolution des possibilités, et pour donner accès à ces possibilités à l’ère du commerce électronique. Nous sommes nombreux à attendre avec impatience la modernisation des systèmes de paiements de détail, dont le PTR, qui permettra à l’innovation de se déployer en s’appuyant sur nos systèmes sûrs fondés sur des règles, pour ainsi ouvrir un monde de possibilités.

Il paraît que vous êtes aussi instructeur de ski. Est-ce que cela a une influence sur la manière dont vous voyez les paiements?

Oui. Je suis instructeur et entraîneur de ski bénévole pour Track 3, où j’apprends à skier aux enfants ayant une limitation physique. Je fais ça depuis presque 20 ans, et l’automne dernier j’ai été nommé président du conseil d’administration de l’organisme. Track 3 m’a permis de voir directement l’importance de faciliter les paiements aux organismes de bienfaisance, de les rendre plus économiques, parce que leurs ressources sont précieuses. Sur le plan du leadership, mon nouveau poste au conseil représente un défi stimulant. Il faut de la discipline et de l’énergie pour faire changer les choses, et cette activité s’inscrit en complémentarité avec mes fonctions à Paiements Canada.