Blogue de la mod : Lever l’incertitude pour des systèmes de paiements plus résilients

Peter Dodic, Chef de gestions des risques, Paiements Canada

Dans la vie comme en affaires, on sait que le « risque », c’est une incertitude qui plane sur les événements et les résultats futurs. En d’autres mots, c’est la probabilité qu’un événement et ses conséquences, voulues ou pas, se concrétisent. D’emblée, tout ce qu’on fait à titre personnel ou professionnel en comporte un, mais ce qui change, c’est sa probabilité ou sa gravité. Impossible d’éliminer le risque, à plus forte raison dans notre propre créneau, l’infrastructure du marché financier. C’est pourquoi l’atténuation du risque à la base de toutes les activités de Paiements Canada, en particulier la modernisation des paiements.

Le risque et la modernisation des paiements

La plupart des risques inhérents à la modernisation des paiements appartiennent à deux grandes catégories : l’état cible et la mise en œuvre. Dans la première sont regroupés les risques qu’il faudra gérer et atténuer quand nous aurons modernisé les paiements. Plus nous repérons ces risques tôt dans la transition, plus il sera facile d’en tenir compte dans les nouveaux processus et systèmes. Par exemple, l’un des grands besoins associés à notre vision de l’écosystème des paiements canadien est de créer un accès libre aux systèmes de paiements qui soit axé sur le risque sans pour autant compromettre la sécurité. Or, nous devons intégrer les bons modèles d’accès et les bons critères de participation dès la conception si nous voulons nous préparer pour un accès élargi aux systèmes de paiements tout en restant au-devant de la concurrence et de l’innovation et en maintenant la sûreté et la résilience des systèmes. D’ailleurs, nos propositions et consultations sur l’élargissement de l’accès au système de paiements de détail par lots du Canada, sur le Système automatisé de compensation et de règlement (SACR) et sur la promotion de la participation générale et directe des institutions financières au système de paiements Lynx sont autant d’exemples de ce que nous faisons pour aider les nouveaux venus à fournir aux usagers des systèmes canadiens de paiements exploités par Paiements Canada un accès élargi et axé sur le risque.

La deuxième catégorie de risque englobe les délais, le budget et les paramètres de mise en œuvre des différents projets du programme de modernisation. Il s’agit des risques qui se gèrent au jour le jour ou qui peuvent changer avec la progression de la feuille de route de la modernisation, par exemple le départ d’un employé essentiel à la mise en œuvre du programme qui emporterait avec lui tout son savoir-faire, ou encore un manque de cohésion entre les acteurs d’un projet, voire un problème de synchronisation entre les participants à la date de lancement du système. Pour pallier les risques et nous protéger, nous avons adopté de saines pratiques de gestion des talents, une démarche de gestion de projet rigoureuse et un modèle de gouvernance de la modernisation.

Évoluer pour préparer l’avenir

Notre façon d’aborder et de gérer les risques doit évoluer au même rythme que le secteur et l’écosystème des paiements. Aussi avons-nous mis en place certaines initiatives stratégiques pour anticiper le changement à court et à plus long terme. Au sein de la Gestion de risques de l’entreprise, l’objectif pour 2019 était de déterminer quoi faire dans les prochaines années et comment nous y prendre pour nous préparer aux changements qui découleront de la modernisation des paiements. Nous avons aussi fait évaluer indépendamment nos capacités et rédigé une feuille de route claire pour nous orienter.

La résilience – des processus, des systèmes et de l’écosystème, entre autres – est l’une des priorités de Paiements Canada. En 2020, nous travaillerons à améliorer nos procédures de gestion des risques fournisseurs et intégrerons de nouveaux fournisseurs à notre programme de modernisation et à notre système de paiements. Par ailleurs, nous continuerons d’employer des pratiques de continuité des opérations pour assurer la résilience en cas de catastrophe, et aussi de perfectionner nos modèles de risque, comme nous l’avons fait en 2018 quand nous avons introduit un nouveau modèle d’évaluation des risques de crédit pour le système national de paiements de détail afin de mieux gérer le risque financier.

Autre jalon important cette année : la mise en œuvre du cadre financier Lynx, dont le processus d’autoévaluation nous a préparés, dans toute l’organisation, à mettre en place les normes de la Banque du Canada sur les systèmes de paiements importants (SPI).

De notre point de vue, pour être bien préparés, il faut savoir analyser avec justesse le risque devant lequel nous nous trouvons maintenant et nous retrouverons demain. C’est ainsi que Paiements Canada, en collaboration avec ses membres et les autres parties intéressées, pourra continuer de maintenir la sûreté, l’intégrité et l’efficacité des systèmes de paiements du Canada tout en contribuant à la résilience de l’écosystème des paiements dans son ensemble.

Nous n’avons pas fini d’entendre parler du risque. Revenez nous lire de temps à autre pour voir comment nous continuons de détecter les risques et de nous préparer à des menaces encore obscures.